Communiqués de presse

La construction d’immeubles résidentiels et les grands projets contribueront à soutenir l’emploi en Saskatchewan

Janvier 31, 2017

Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, les gains modestes dans la construction de nouvelles habitations cette année, une deuxième vague de projets prévus dans les secteurs des mines, des services publics et des pipelines, et une hausse constante des travaux d’entretien contribueront à ramener l’emploi aux sommets antérieurs d’ici 2021.

« L’emploi en construction se maintiendra à des niveaux élevés pendant que la construction d’immeubles résidentiels et les grands projets fluctueront à la hausse et à la baisse au cours de cette décennie, a déclaré Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada. Afin de répondre aux besoins croissants en main-d’œuvre d’ici 2020, il faudra convaincre de nombreux travailleurs qui pourraient avoir quitté la province d’y revenir. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2017–2026 de ConstruForce Canada, la construction de nouvelles habitations devrait reprendre cette année, maintenant l’emploi dans le secteur résidentiel à des niveaux stables jusqu’en 2022. Après cela, une croissance démographique plus faible entraînera une réduction des mises en chantier et de l’emploi connexe. La construction d’immeubles industriels, commerciaux et institutionnels (ICI) devrait diminuer à court terme, puis reprendre après 2019 en fonction du calendrier d’une série de projets prévus dans les secteurs des services publics, des pipelines et des mines. L’emploi diminuera parallèlement à la fin de grands projets, mais la hausse des besoins pour les travaux d’entretien et de réinvestissement de maintien aidera à maintenir l’emploi en construction à des niveaux relativement élevés.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • Les grands projets devraient entraîner la création de 2 200 emplois, soit une augmentation de 15 %, d’ici 2021.
  • À l’achèvement des projets, plus de 4 000 travailleurs seront libérés, mais nombre d’entre eux trouveront du travail dans les marchés en hausse, dont celui des travaux d’entretien et les autres marchés de la construction non résidentielle.
  • Il faudra remplacer plus de 9 000 travailleurs qui devraient prendre leur retraite d’ici dix ans.

« Le secteur devra continuer de mettre l’accent sur le recrutement de nouveaux travailleurs, même lorsque la croissance de la construction ralentira, a ajouté Mme Sparks. Le ralentissement de l’économie accentuera les difficultés liées à la nécessité de remplacer 17 % de la main-d’œuvre qualifiée en raison des départs à la retraite prévus au cours de cette décennie. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada, par courriel, à sparks@buildforce.ca, ou par téléphone, au 905 852-9186.

Financé par le Programme d’initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

La main-d’œuvre de la construction de Terre-Neuve-et-Labrador diminuera avec la fin des grands projets

Janvier 31, 2017

Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, la chute des prix du pétrole et du gaz ainsi que la fin et les reports de grands projets feront baisser de façon considérable la main-d’œuvre de la construction au cours des cinq prochaines années, suscitant de possibles difficultés sur le plan du recrutement quand une nouvelle série de projets démarrera plus tard dans la période.

« Le présent ralentissement économique et la hausse des départs à la retraite compliqueront davantage la préparation pour la prochaine vague de projets du secteur du génie civil, a déclaré Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada. Il faudra plus de 3 000 travailleurs pour répondre aux besoins de ces projets lorsqu’ils démarreront en 2022. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2017–2026 de ConstruForce Canada, le secteur de la construction enregistrera une hausse du chômage en raison de la fin des grands projets et du report de projets miniers et d’exploitation en mer. La construction de nouvelles habitations continuera de diminuer et les travaux de rénovation résidentielle baisseront, parallèlement au déclin démographique. L’activité continue liée aux routes et aux autoroutes, ainsi que les besoins liés aux travaux d’entretien dans le secteur non résidentiel susciteront de petits gains d’emploi en 2017. La reprise prévue devrait stabiliser l’investissement dans la construction de nouvelles habitations et faire augmenter l’activité de rénovation et de construction d’immeubles ICI. Le début de nouveaux projets du secteur primaire prévus entre 2022 et 2024 stimulera la croissance de l’emploi, même si l’emploi s’établira à 25 % sous les niveaux de 2016 à la fin de la période de prévision.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • L’emploi global dans le secteur résidentiel devrait reculer de 20 % pendant les dix prochaines années; la majorité des pertes seront enregistrées entre aujourd’hui et 2020.
  • Quelque 6 500 emplois supplémentaires dans le secteur de la construction non résidentielle seront perdus entre 2017 et 2021.
  • Jusqu’à 3 900 emplois pourraient être créés au plus fort d’une deuxième vague de projets de génie civil proposés entre 2022 et 2025.

« Il sera indispensable de mettre l’accent sur le recrutement et la formation, puisque plus de 5 000 travailleurs qualifiés, soit 21 % de la main-d’œuvre, prendront leur retraite au cours de la décennie, a ajouté Mme Sparks. Il ne sera pas aisé de remplacer ces travailleurs, particulièrement lors d’un ralentissement de l’économie. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada, par courriel, à sparks@buildforce.ca, ou par téléphone, au 905 852-9186.

Financé par le Programme d’initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

La main-d’œuvre du secteur de la construction de la Colombie-Britannique devrait croître

Janvier 31, 2017

Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, le démarrage de grands projets en Colombie-Britannique, depuis les projets proposés dans les secteurs du transport, des pipelines et de GNL jusqu’aux travaux visant les autoroutes et les ponts, suscitera une hausse de 24 % de la main-d’œuvre de la construction de la province, ou de près de 17 000 travailleurs, au cours des cinq prochaines années.

« Il pourrait s’agir de la hausse la plus rapide de la main-d’œuvre dans le secteur de la construction de la Colombie-Britannique cette dernière décennie, a déclaré Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada. En raison du rythme et de l’envergure d’un grand nombre de ces projets proposés, il faudra recruter régulièrement de nouveaux travailleurs au sein de la main-d’œuvre locale et à l’extérieur du secteur de la construction ou de la province pour satisfaire les besoins en main-d’œuvre, particulièrement dans les régions éloignées. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2017–2026 de ConstruForce Canada, les investissements dans les projets proposés visant le transport, les pipelines, le GNL et les mines constitueront le principal moteur de la croissance de l’emploi dans le secteur de la construction de la Colombie-Britannique d’ici à l’atteinte d’un sommet en 2021. La construction d’immeubles industriels, commerciaux et institutionnels (ICI) continuera aussi de suivre une tendance à la hausse, tandis que l’activité de construction de nouvelles habitations devrait fluctuer à la baisse cette année, après une longue période d’expansion.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • Après avoir atteint un sommet, l’emploi dans le secteur résidentiel devrait diminuer d’environ 15 % pendant la période de prévision.
  • Les travaux de rénovation et d’entretien devraient dépasser la construction de nouvelles habitations d’ici 2022, représentant près des deux tiers des emplois du secteur résidentiel.
  • Il faudra remplacer jusqu’à 40 000 travailleurs de la génération du baby-boom qui prendront leur retraite au cours des dix prochaines années.

« Le départ à la retraite de 21 % de main-d’œuvre de la construction de la Colombie-Britannique accentuera les difficultés pour les recruteurs, a ajouté Mme Sparks. Attirer plus de femmes et d’Autochtones dans le secteur de la construction pourrait aider grandement à combler les lacunes en matière de compétences. À l’heure actuelle, ces deux groupes ne représentent que 4 % de la main-d’œuvre qualifiée de la construction de la province. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada, par courriel, à sparks@buildforce.ca, ou par téléphone, au 905 852-9186.

Financé par le Programme d’initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Le secteur de la construction à l’Île-du-Prince-Édouard rencontrera des difficultés liées à l’exode des baby-boomers - Quelque 26 % de la main-d’œuvre partira à la retraite au cours de la décennie

Janvier 31, 2017

Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, il faudra recruter jusqu’à 1 500 travailleurs de la construction au cours de la prochaine décennie afin de suivre le rythme des grands projets, de la reprise dans la construction de nouvelles habitations et de la hausse rapide des départs à la retraite.

« Les travailleurs de la génération du baby-boom quitteront le secteur de la construction de l’Île-du-Prince-Édouard si rapidement qu’il sera de plus en plus difficile de les remplacer, a déclaré Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada. Contrer la perte de 26 % de la main-d’œuvre dans les dix prochaines années représentera un défi de taille, alors que les départs à la retraite sont déjà supérieurs au nombre de nouveaux venus provenant de la population locale. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2017–2026 de ConstruForce Canada, les secteurs de la construction résidentielle et non résidentielle connaîtront une croissance modérée de l’emploi au cours de la prochaine décennie. Les gains les plus importants dans les deux secteurs devraient être enregistrés dans les cinq prochaines années, avec la création de 600 nouveaux emplois. La construction d’immeubles institutionnels et commerciaux augmentera de façon constante jusqu’en 2022, alors que la construction d’immeubles industriels demeurera stable. L’emploi se maintiendra à des niveaux élevés en raison d’un projet de ligne de transport d’électricité et d’importants projets liés à la construction de routes, d’autoroutes et de ponts, puis il reculera après 2020. Les besoins liés à la construction de nouvelles habitations augmenteront au cours des cinq prochaines années, stimulés par des niveaux constants d’immigration. Même si l’activité de construction résidentielle diminuera, l’emploi sera maintenu au-dessus des niveaux actuels par le secteur non résidentiel.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • Une hausse dans la construction résidentielle créera jusqu’à 400 emplois entre aujourd’hui et 2022, puis les niveaux d’emplois reviendront à ceux de 2016.
  • L’activité de rénovation baissera à court terme, avant de reprendre sa croissance à long terme.
  • L’emploi dans la construction non résidentielle, y compris les travaux d’entretien, devrait afficher une hausse de 10 %, créant 250 emplois pendant la période de prévision.

« Il sera indispensable d’être constant en matière de recrutement et de formation afin de constituer la main-d’œuvre du secteur de la construction de l’Île-du-Prince-Édouard, a ajouté Mme Sparks. À mesure que le bassin de jeunes provenant de la population locale diminuera, le secteur devra continuer de mettre l’accent sur le recrutement de travailleurs provenant d’autres secteurs ou provinces. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada, par courriel, à sparks@buildforce.ca, ou par téléphone, au 905 852-9186.

Financé par le Programme d’initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Le secteur de la construction de la Nouvelle-Écosse doit se préparer à un double revers sur le plan démographique

Janvier 31, 2017

Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, les efforts de recrutement du secteur de la construction de la Nouvelle-Écosse viseront principalement à contrer l’énorme vague de départs à la retraite prévus au cours de la décennie, lors de laquelle il faudra remplacer plus de 8 000 travailleurs.

« Le secteur de la construction doit se préparer à un double défi imminent sur le plan démographique, a déclaré Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada. Le bassin de jeunes travailleurs disponibles rétrécira, au moment où 25 % de la main-d’œuvre actuelle s’apprête à partir à la retraite à un rythme rapide. Une bonne planification sera requise afin de contrer le départ de 8 000 travailleurs, ce qui constituera une perte considérable de compétences et d’expérience pour le secteur. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2017–2026 de ConstruForce Canada, la construction d’immeubles industriels et d’ouvrages de génie civil ainsi que les travaux d’entretien devraient maintenir l’emploi en construction près des niveaux actuels, même lorsque l’activité de construction résidentielle diminuera et que la croissance démographique ralentira. La fin des projets en cours réduira les besoins en main-d’œuvre cette année et l’an prochain, alors que les travaux liés aux chantiers navals et au secteur manufacturier seront en hausse en 2019 et 2020.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • Le secteur de la construction résidentielle diminuera de 18 % au cours des dix prochaines années, avec la perte de 3 000 emplois; la croissance des travaux de rénovation reprendra après 2021.
  • La construction non résidentielle, y compris les travaux d’entretien, augmentera, créant 1 300 emplois au cours de la décennie, une hausse de 10 %.

« La population de la Nouvelle-Écosse est l’une des plus âgées dans les Provinces de l’Atlantique, ce qui compliquera davantage les efforts de constitution d’une main-d’œuvre durable, a ajouté Mme Sparks. Afin de satisfaire les besoins en main-d’œuvre, il faudra mettre l’accent sur des mesures visant à attirer des travailleurs de l’extérieur de la province. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada, par courriel, à sparks@buildforce.ca, ou par téléphone, au 905 852-9186.

Financé par le Programme d’initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Le secteur de la construction de l’Alberta connaîtra une deuxième vague de pertes d’emploi, mais de moindre importance

Janvier 31, 2017

Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, le secteur de la construction de l’Alberta devrait perdre jusqu’à 11 000 emplois au cours de la prochaine année puisque plusieurs grands projets prendront fin et que les faibles prix du pétrole limiteront les nouveaux investissements et la croissance.

« On prévoit le début d’une reprise échelonnée l’an prochain, mais il faudra attendre jusqu’en 2024 environ pour constater la relance de tous les secteurs de la construction, a déclaré Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada. Il s’agit d’une période de transition complexe pour le secteur qui doit s’assurer que son bassin de travailleurs formés et qualifiés sera suffisant lorsque l’économie reprendra. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2017–2026 de ConstruForce Canada, le rythme des pertes d’emploi globales ralentira en 2017. Cependant, la faiblesse du secteur pétrolier et gazier et la fin de grands projets susciteront une diminution encore plus marquée de l’emploi lié à la construction non résidentielle d’ici 2018. On prévoit un déclin de la construction d’immeubles commerciaux et industriels cette année et l’an prochain. L’activité de construction de routes, d’autoroutes et de ponts ralentira, et les mesures de stimulation visant les infrastructures ne compenseront qu’en partie les pertes d’emploi. La hausse des besoins liés à l’entretien et aux fermetures d’installations donnera lieu à des difficultés périodiques sur le plan du recrutement pour les travailleurs spécialisés, tandis que la croissance continue des besoins liés au réinvestissement de maintien et à l’entretien constituera une importante source d’occasions d’emploi. À mesure que l’économie s’améliorera, l’activité de construction de nouvelles habitations reprendra en 2018, et la construction d’immeubles ICI suivra. Il faudra attendre plus tard dans la période de prévision pour constater une reprise de l’emploi dans les projets de sables bitumineux et d’autres projets de génie civil. Bien qu’une croissance plus modérée de l’emploi soit prévue à long terme, les taux de chômage devraient demeurer supérieurs à la moyenne cette décennie par rapport à la précédente.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • Une reprise de l’activité de construction de nouvelles habitations est prévue en 2018 et 2019, ce qui permettra de récupérer 10 000 emplois. En 2026, l’emploi dans le secteur résidentiel sera supérieur de 10 % à ce qu’il était en 2016.
  • Une perte supplémentaire de 9 300 emplois sera enregistrée dans le secteur des sables bitumineux jusqu’en 2023, avec une reprise prévue l’année suivante seulement.
  • Il faudra remplacer plus de 36 000 travailleurs qui partiront à la retraite au cours de cette décennie.

« Le secteur de la construction de l’Alberta fait face à un défi qui dépasse de beaucoup la conjoncture économique, a ajouté Mme Sparks. Il doit se préparer au départ à la retraite de près de 19 % de sa main-d’œuvre qualifiée d’ici dix ans. Cela signifie qu’il doit continuer de mettre l’accent sur le recrutement et la formation malgré un ralentissement de croissance. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada, par courriel, à sparks@buildforce.ca, ou par téléphone, au 905 852-9186.

Financé par le Programme d’initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Le secteur de la construction du Canada connaîtra une lente croissance

Janvier 31, 2017

Après deux années de déclin, l’activité de construction au Canada devrait augmenter légèrement cette année. La croissance globale sera plus lente et inégale entre les provinces en raison du début et de la fin prévus des grands projets et du ralentissement de la construction résidentielle. Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, l’un des plus gros défis pour l’ensemble du secteur pendant la décennie sera de compenser le départ à la retraite soudain d’environ 21 % de la main-d’œuvre de la construction du pays.

« La vague imminente de départs à la retraite des travailleurs de la génération du baby-boom dont on a tant entendu parler est arrivée, a déclaré Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada. Durant la décennie, quelque 248 000 travailleurs qualifiés partiront à la retraite. C’est une énorme perte d’expérience à laquelle il est encore plus difficile de remédier dans un contexte de ralentissement économique. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2017–2026 de ConstruForce Canada, l’activité de construction devrait diminuer dans la plupart des provinces, en raison d’un ralentissement dans la construction de nouvelles habitations et de la fin de grands projets. Les besoins en main-d’œuvre varieront d’une province à l’autre et les marchés liés au secteur primaire, dont l’Alberta et Terre-Neuve-et-Labrador, devraient continuer de faiblir à court terme à mesure que les projets en cours prendront fin. Dans d’autres provinces, notamment la Colombie-Britannique, le Nouveau-Brunswick et l’Ontario, les travaux en cours et le démarrage prévu de projets dans les secteurs des services publics, des pipelines, du transport et d’autres infrastructures créeront de nouvelles possibilités d’emploi. Les calendriers des projets proposés seront variés, et les besoins en main-d’œuvre seront répartis de façon inégale entre les provinces. Pendant la dernière moitié de la période de prévision, l’achèvement des projets et la diminution de l’activité de construction de nouvelles habitations ramèneront l’emploi près des niveaux de 2016 dans la plupart des provinces.

Secteur de la construction non résidentielle : Les principales régions où l’on prévoit de nouvelles possibilités d’emploi sont les suivantes :

  • Nouveau-Brunswick : Les projets de pipeline, de terminal maritime et de remise en état d’un barrage hydroélectrique feront augmenter les besoins en main-d’œuvre.
  • Ontario : D’importants projets visant des infrastructures de transport collectif et des projets de remise en état de centrale nucléaire créeront des possibilités d’emploi pendant la période de prévision.
  • Manitoba : D’importants projets de développement hydroélectrique et de transport d’électricité maintiendront les besoins en main-d’œuvre.
  • Colombie-Britannique : Les projets miniers, de pipelines, de GNL et de transport favoriseront la croissance de l’emploi.

Secteur de la construction résidentielle : L’activité de construction de nouvelles habitations devrait être modérée dans les deux plus importants marchés du secteur résidentiel, la Colombie-Britannique et l’Ontario. À court terme, les besoins en main-d’œuvre du secteur résidentiel connaîtront un renforcement en Alberta et au Manitoba et, à long terme, ils poursuivront leur tendance à la baisse au Québec et dans l’Atlantique. L’emploi dans la construction résidentielle devrait diminuer de 7 % et cette baisse ne sera qu’en partie compensée par des augmentations constantes, mais modérées, de l’activité de rénovation.

« Ne pas attirer et former suffisamment de jeunes travailleurs représente un énorme risque pour le secteur de la construction, a ajouté Mme Sparks. Puisqu’il faudra des milliers de nouveaux travailleurs pour remplacer les retraités, le secteur ne peut pas se permettre de relâcher ses efforts. »

Les points saillants de chaque province visée par le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2017-2026 de ConstruForce Canada se trouvent à l’adresse www.previsionsconstruction.ca.

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises.

Renseignements : Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada, par courriel, à sparks@buildforce.ca, ou par téléphone, au 905 852-9186.

Financé par le Programme d’initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Les grands projets maintiendront une forte croissance de la main-d’œuvre de la construction du Manitoba

Janvier 31, 2017

Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, le secteur de la construction continuera sur sa lancée, puisque de grands projets d’hydroélectricité, de lignes de transport d’électricité et de pipelines stimuleront l’emploi jusqu’à l’atteinte d’un nouveau sommet cette année, et il faudra trouver jusqu’à 9 000 nouveaux travailleurs au cours de la décennie pour suivre le rythme de la construction et des départs à la retraite des travailleurs de la génération du baby-boom.

« Cette année constitue le point culminant de deux années de forte croissance pour le secteur de la construction de la province, a déclaré Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada. Lorsque le cycle haussier actuel touchant les projets d’hydroélectricité et de lignes de transport d’électricité tirera à sa fin, une série de nouveaux projets démarreront. De tels niveaux d’activité exigeront le recrutement de nouveaux travailleurs en construction, notamment parce que le secteur devra faire face à des difficultés liées au vieillissement de la main-d’œuvre. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2017–2026 de ConstruForce Canada, l’activité de construction atteindra son point culminant cette année en raison des grands projets d’hydroélectricité et de lignes de transport d’électricité, de la construction d’immeubles industriels et commerciaux et de la poursuite des travaux en cours dans les secteurs des mines, des routes, des autoroutes et des ponts. À mesure que ces projets prendront fin entre 2018 et 2022, ils seront compensés par les projets d’hydroélectricité en cours, le démarrage de projets miniers et de pipelines prévus et les investissements gouvernementaux touchant les infrastructures, ce qui suscitera une hausse modérée de l’emploi dans le secteur non résidentiel jusqu’en 2026. La construction de nouvelles habitations et l’activité de rénovation résidentielle seront à la hausse cette année, et l’emploi dans le secteur résidentiel atteindra un nouveau sommet en 2022, avant de revenir à son niveau actuel à la fin de la période de prévision. L’emploi en construction dans la province demeurera à des niveaux records pendant la prochaine décennie.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • Les besoins liés à l’entretien augmenteront au cours de la prochaine décennie, absorbant une partie des pertes d’emploi enregistrées dans la construction d’ouvrages de génie civil après 2022.
  • Les femmes représentent 3 % de la main-d’œuvre qualifiée de la province, tandis que les Autochtones en représentent 11 %.
  • Près de 19 % de la main-d’œuvre de la construction prendra sa retraite au cours des dix prochaines années.

« Le secteur devra continuer de mettre l’accent sur le recrutement d’un plus grand nombre de femmes et d’Autochtones dans la construction, a ajouté Mme Sparks. Ces deux groupes pourraient contribuer fortement à compenser la perte de quelque 8 100 travailleurs qui prendront leur retraite au cours de la décennie. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada, par courriel, à sparks@buildforce.ca, ou par téléphone, au 905 852-9186.

Financé par le Programme d’initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Les grands projets permettront de maintenir une forte main-d’œuvre de la construction en Ontario

Janvier 31, 2017

La hausse des départs à la retraite crée des occasions et des défis

Les grands projets visant les infrastructures, le transport et les services publics seront une source importante de travail pour la main-d’œuvre de la construction de l’Ontario. Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, ces projets soutiendront l’emploi pour les dix prochaines années, tandis que la vague imminente de départs à la retraite des travailleurs de la génération du baby-boom deviendra le plus grand défi du secteur.

« Jusqu’à 86 000 travailleurs de l’Ontario partiront à la retraite au cours de la décennie, a déclaré Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada. Il s’agit d’une perte importante de compétences et d’expérience qui demandera un effort concerté afin d’attirer davantage de jeunes, de femmes, d’Autochtones et de travailleurs de l’extérieur de la province dans le secteur de la construction. »

Entre aujourd’hui et 2020, la demande en main-d’œuvre de la province s’intensifiera en ce qui concerne les projets d’infrastructures et les grands projets de génie civil actuels et prévus.

« La mobilité de la main-d’œuvre entre les régions sera essentielle afin de répondre à la demande croissante pour des travailleurs de métiers spécialisés », a ajouté Mme Sparks.

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2017–2026 de ConstruForce Canada, même si le rythme de la construction devrait ralentir en Ontario, les grands projets maintiendront l’emploi près des niveaux records au cours de la prochaine décennie. Qu’il s’agisse du pont international à Windsor, de la remise en état d’une centrale nucléaire ou de l’expansion du système de transports collectifs dans la région du Grand Toronto et à Ottawa, les projets d’infrastructures surpasseront ceux du secteur résidentiel comme principale source de croissance de la construction dans bien des régions de l’Ontario. On prévoit que l’emploi dans le secteur de la construction atteindra un sommet en 2020, ce qui marquera un plateau dans la période d’expansion de 25 ans qui a fait doubler la taille de la main-d’œuvre de la construction de l’Ontario.

Voici quelques points saillants du rapport :

  • L’activité en construction résidentielle suscitera une hausse des besoins en main-d’œuvre en 2017 avant de se stabiliser, tandis que l’activité de rénovation résidentielle croîtra de façon constante.
  • La construction d’immeubles institutionnels et commerciaux demeurera stable, tandis qu’une croissance modérée de l’activité manufacturière stimulera la construction d’immeubles industriels entre 2019 et 2020.
  • Plus de 20 % de la main d’œuvre de la construction de l’Ontario devrait prendre sa retraite durant la prochaine décennie.

Prévisions de ConstruForce Canada, par région :

Région du Grand Toronto

  • La majeure partie de la croissance de l’emploi en construction de la province se fera dans la région du Grand Toronto, où les besoins en main-d’œuvre pour les grands projets visant les services publics, le transport et d’autres infrastructures devraient être les plus élevés en 2022.
  • La construction résidentielle, stimulée par la construction d’immeubles en copropriété et l’activité de rénovation, devrait se maintenir à de hauts niveaux historiques pendant la période de prévision.

Sud-ouest de l’Ontario

  • L’activité de construction devrait augmenter cette année et l’an prochain, stimulée par les grands projets et les gains dans la construction d’immeubles commerciaux et institutionnels. Les grands projets, notamment le démarrage d’un projet de remise en état d’une centrale nucléaire, susciteront la création de jusqu’à 3 500 emplois d’ici 2020, ce qui représentera une hausse de 30 % de l’emploi dans le secteur du génie civil.
  • Les mises en chantier augmenteront de façon modérée jusqu’en 2021, puis fluctueront à la baisse.

Centre de l’Ontario

  • L’emploi dans le secteur de la construction se maintiendra près des niveaux actuels grâce à une hausse de la construction d’immeubles industriels, commerciaux et institutionnels (ICI) et aux niveaux stables de l’investissement dans les ouvrages de génie civil.
  • Les travailleurs des métiers qui participent à la construction de nouvelles habitations seront recherchés, car l’activité de construction résidentielle atteindra un sommet cette année, avant de ralentir en 2018 et 2019.

Est de l’Ontario

  • La croissance de l’emploi dans le secteur non résidentiel augmentera à court terme, stimulée par l’activité indirecte liée à un projet de train léger sur rail et à d’autres projets d’infrastructures, ce qui créera jusqu’à 2 300 emplois d’ici 2021.
  • Après avoir atteint un sommet sur le plan de l’activité cette année, la construction de nouvelles habitations demeurera relativement stable jusqu’en 2021, pour ensuite diminuer, tandis que les travaux de rénovation se maintiendront près des niveaux actuels.

Nord de l’Ontario

  • Après plusieurs années de déclin, les mises en chantier devraient augmenter pendant la période de prévision.
  • Il y aura une relance modérée de la construction d’immeubles commerciaux et institutionnels, et l’emploi dans le secteur du génie civil augmentera légèrement jusqu’en 2021, avant de reculer à mesure que les projets actuels et proposés prendront fin.
  • La faiblesse des prix des produits de base a retardé les nouveaux projets de mise en valeur des ressources naturelles.

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada, par courriel, à sparks@buildforce.ca, ou par téléphone, au 905 852-9186.

Financé par le Programme d’initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Les grands projets proposés stimuleront la croissance de l’emploi dans le secteur de la construction au Nouveau-Brunswick

Janvier 31, 2017

Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, la main-d’œuvre de la construction du Nouveau-Brunswick devrait croître de 12 % au cours de la prochaine décennie, stimulée par une reprise dans la construction de nouvelles habitations, l’augmentation constante dans la construction d’immeubles industriels et commerciaux et les projets prévus liés à l’énergie et aux services publics.

« La majeure partie de la croissance de l’emploi devrait être enregistrée au cours des cinq prochaines années, a déclaré Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada. Cela dépendra principalement du calendrier des principaux projets dans les pipelines, les terminaux maritimes et l’énergie, ce qui pourrait engendrer des difficultés sur le plan du recrutement à une période où des milliers de travailleurs prendront leur retraite. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2017–2026 de ConstruForce Canada, l’augmentation des besoins dans la construction au cours de la prochaine décennie s’expliquera par la stabilité du secteur de la construction résidentielle et les grands projets proposés. On s’attend aux plus grands gains d’emplois entre aujourd’hui et 2020, puisque la hausse de l’activité de construction d’immeubles ICI coïncidera avec les projets prévus dans les pipelines, les mines et les autres infrastructures. Ces investissements compenseront le déclin des travaux visant les routes, les autoroutes et les ponts au cours des cinq prochaines années et contribueront à la croissance des travaux d’entretien pendant la deuxième moitié de la décennie. L’expansion dans le secteur de la construction devrait faire augmenter l’emploi par vagues, créant 2 600 emplois dans les dix prochaines années.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • Une hausse modérée des mises en chantier jusqu’en 2020, alors que l’activité de rénovation résidentielle se renforcera entre 2020 et 2026.
  • Les projets de génie civil pourraient entraîner la création de 1 700 emplois au cours des dix prochaines années, soit une augmentation de 36 %.
  • Il faudra remplacer 28 % de la main-d’œuvre, ou 7 600 travailleurs qui partiront à la retraite au cours de la décennie, ce qui est nettement supérieur à la moyenne nationale.

« Les changements démographiques compliqueront la constitution de la main-d’œuvre requise, a ajouté Mme Sparks. Le bassin de jeunes travailleurs disponibles diminuera alors que les départs à la retraite augmenteront. Le secteur devra redoubler d’efforts pour recruter plus de personnes sous-représentées dans le secteur de la construction, comme les femmes et les Autochtones, ainsi que de nouveaux immigrants et des travailleurs d’autres secteurs. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada, par courriel, à sparks@buildforce.ca, ou par téléphone, au 905 852-9186.

Financé par le Programme d’initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Pages